De septembre 2019 à juin 2020, Fumigène Mag a tenu une résidence journalistique à Ivry auprès d’un groupe de jeunes âgés de 11 à 17 ans. À l’intérieur des murs de Cap-Jeunes, l’antenne jeunesse du quartier du Port, nos équipes ont porté un projet d’éducation populaire aux médias. 

Le Port est une ancienne friche industrielle. Le plus grand quartier d’Ivry, aux abords de la Seine, est actuellement en pleine mutation suite à la mise en place d’un plan de rénovation urbaine. Ici, les équipements sont mutualisés et l’antenne jeunesse se situe au coeur de la maison de quartier, qui rassemble tous les publics. À marcher dans la ville et à converser avec ses habitants, on saisit immédiatement ce qui se joue dans ces lieux : c’est là que se tissent le lien social et le vivre-ensemble.  

Chaleureusement accueillis par les équipes d’animation, c’est entre ces murs que nous avons découvert les pratiques d’éducation populaire, impulsées à la fois par une volonté politique globale et le travail des équipes du service jeunesse, qui ont à cœur de conscientiser la jeunesse. 

Dans toute la ville, les murs des maisons de quartier rappellent ces engagements. Les visages de Malcom X, Nelson Mandela, Mohamed Ali, Rosa Parks ou de figures plus récentes, comme Assa et Adama Traoré, y ont été immortalisés par l’artiste graffeur Vince… Autant de personnalités dont les parcours s’ancrent dans l’histoire et font écho aux enjeux de l’éducation populaire. 

Du côté des activités mises en place, on ne manque pas d’imagination: les jeux, ateliers d’écriture et événements culturels sont autant d’occasion d’aborder les thématiques qui concernent les jeunes.

Entre débats-mouvants, reportages photos, ateliers d’écriture, Fumigène a travaillé aux côtés des équipes éducatives pour proposer aux jeunes de se mettre dans la peau de journalistes pour raconter la manifestation que la ville leur dédie, Ivry Motiv’.

Onze jeunes ivryiens ont écrit, interviewé, témoigné, à l’instar d’une équipe de reporters sur le terrain. En s’appuyant sur des techniques de rédaction, d’initiation à la photographie et à l’outil vidéo, ils ont documenté une semaine de vacances au sein de leur maison de quartier. 

Entre le ring de boxe et les fourneaux de cuisine, ils nous embarquent avec eux… Une semaine intensive d’initiation au journalisme, riche en rencontres, en émotions, en échanges… Une semaine, finalement, au rythme de celles et ceux qui ont fait de ce numéro Hors-Série Fumigène spécial Ivry un véritable outil d’éducation populaire et de lutte.


—-

Lyrics & Photos – Sitan, 11 ans + Yousouf, 11 ans + Fablé, 11 ans + Oumou, 11 ans + Marie, 12 ans

Marie, 12 ans, participe régulièrement aux ateliers cuisine de la maison de quartier. Elle adore cuisiner, surtout la pâtisserie. Selon elle, après Kery James,  la pâtisserie c’est toute sa vie ! Chez elle, elle fait régulièrement des crêpes, des cookies, des cupcakes… enfin, bref, tout ce qui lui fait envie!

Grâce aux ateliers mis en place par les animatrices, elle a appris que les muffins venaient du Pays-de-Galles et en maîtrise désormais la recette à la perfection. 

Tout le monde s’est investi jusqu’à la fin pour faire la pâte, couper le chocolat, fabriquer les pépites et verser la pâte dans des moules… Un tour au four et c’est prêt!

Les participants ont apprécié ces muffins made in Ivry!

Caroline est animatrice à la maison de quartier. Nous avons souhaité l’interroger sur les activités cuisine qu’elle fait avec les jeunes. 

D’où viennent les muffins ?

États-Unis je crois … mais moi ma recette vient de Marmiton !

Les muffins viennent du Pays-de-Galles ! Quels sont les ingrédients ? 

De la farine, du lait, du sucre, de la levure, du beurre et des pépites de chocolat.

Que cuisines-tu chez toi d’habitude ? 

Je fais généralement un peu de pâtisserie et parfois des plats comme des cakes, des verrines et j’ai aussi tenté le tajine ! En fait, j’ai l’habitude de cuisiner un peu de tout…

Qu’est-ce que la cuisine apporte aux jeunes ?

Ils peuvent apprendre les dosages par exemple… et donc faire un peu de mathématiques et de calcul. Grâce à ces ateliers, les jeunes apprennent à travailler en commun et à faire des choses ensemble. 

Les ateliers cuisine plaisent-ils autant aux filles qu’aux garçons ?

Oui ! Il y autant de filles que de garçons, c’est plutôt cool.

Peut-on faire une petite dégustation ?

Bien sûr ! C’est pour vous, pour qu’on goûte ensemble.